Conference du 04 novembre 2013

Arnoux REMUSAT

Président honoraire de l’Association Nationale des Visiteurs de prison

En introduction à sa conférence :
« La prison du jeudi »

Arnoux REMUSAT

Je vais en prison depuis un quart de siècle. Le jeudi, au parloir de la maison d’arrêt des Yvelines à BOIS D’ARCY. Une prison située sur un plateau au-dessus de la ville. Lors de sa construction, en 1980, toute la population alentour avait manifesté violemment contre ce projet. Tout le monde veut construire des prisons, mais surtout pas là où on habite.
Plusieurs mois avaient été nécessaires pour obtenir ma carte de visiteur de prison. J’avais fait ma démarche en solitaire auprès du Ministère de la Justice. Par la suite j’ai appris l’existence d’une Association nationale de visiteurs de prison dont j’ai présidé les destinées pendant de nombreuses années.
Un beau jour, sans préparation ou formation d’aucune sorte, je me suis retrouvé dans une pièce de 9m2, dans la rotonde où se trouvent les parloirs, devant un détenu qui d’emblée m’a déclaré « Mesrine est mort, c’est moi qui le remplace ». Mon premier client en quelque sorte.
Bernard M. avait déjà fait 40 ans de prison. Nous nous sommes vus encore une dizaine d’années derrière les barreaux. Depuis sa sortie, nous sommes restés en contact.
Le second, ancien légionnaire, était un tueur à gage. Il avait une façon de se passer le tranchant de la main sur la gorge qui faisait un peu froid dans le dos. Bref pour une première visite on ne m’avait pas gâté.

Depuis j’ai visité des prisons dans le monde entier et en particulier la plupart des 180 établissements Français. Je ne m’y suis jamais habitué et garde toujours en franchissant les lourdes portes des lieux de détention un sentiment d’incompréhension.
Quelle est cette Société en effet qui pour préparer la réinsertion de ses pécheurs commence par les exclure ?

La prison reste la peine par excellence. La frontière entre le bien et le mal. Elle est faussement considérée comme la seule sanction vraiment efficace pour lutter contre la délinquance. Elle bénéficie d’un soutien sans faille de l’opinion publique pour laquelle c’est le seul remède efficace contre l’insécurité sociale.
Certes de multiples déclarations, conventions ou règles pénitentiaires ont été adoptées par la plupart des pays du monde civilisé, dans le but de respecter les notions de dignité humaine avec pour socle la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Mais c’est l’application de ces principes qui posent problème, entre ce qui doit se faire et ce qui ce fait. Pour certains la prison est un lieu qui brise, qui exclut, alors que pour d’autres elle est trop généreuse, trop humaine. Ce qui fausse le débat sur le rôle de la prison : punition et dissuasion.

La visite des détenus dans les prisons est une institution aussi vieille que la prison elle-même. Les visiteurs de prison ont peu à peu pris leur place au sein de l’Administration Pénitentiaire. Au point que leur mission de participation à la réinsertion est définie par plusieurs articles du Code de Procédure Pénale.
Bénévoles ils ne sont pas partie prenante dans la chaîne pénale. Ils ne sont ni du côté des accusés ni du côté des accusateurs.
Leur rôle est plus pragmatique : redonner à ceux qui l’ont perdu leur dignité d’hommes, quelles que soient les transgressions qui on été commises contre les règles sociales. Les prisons sont remplies d’hommes et de femmes qui souffrent, qui passent le temps à le tuer et qui du simple fait de leur détention se voient privés de leur statut de personne humaine. Les aider à retrouver cette dignité est probablement la seule voie leur permettant à la sortie de respecter l’autre.
En même temps, témoins de ce qui se passe à l’intérieur des prisons, les visiteurs, comme les autres intervenants, peuvent participer activement à la nécessaire réflexion sur l’enfermement.
Outre la surveillance et la punition l’administration pénitentiaire a une mission de réinsertion. C’est de loin la plus difficile. Aider le détenu à restaurer sa propre image, y compris corporelle, à le soutenir dans ce long et délicat processus de réinsertion sociale. Quelle satisfaction quand, parfois, on y arrive ! »

Arnoux REMUSAT

Note Biographique : Arnoux REMUSAT

 Visiteur de Prison depuis 1983 à la maison d’Arrêt de Bois d’Arcy
 Président d’honneur de la section Yvelines Hauts de Seine des visiteurs de prison regroupant les visiteurs de prison de Versailles, Bois d’Arcy, Poissy et Nanterre
 Président d’honneur de l’ANVP ( Association Nationale des Visiteurs de Prison), il en a été le président de 1987 à 1995
 Administrateur honoraire de l’association JET ( Jeunes en Equipes de Travail) créée par l’Amiral Brac de La Perrière, actuellement dissoute
 Administrateur et Trésorier de l’Association PRI ( Penal Reform International) dont le siège est à Londres
 Président fondateur de l’association FIL ( Français Incarcérés loin) dont le but est de s’occuper des français détenus à l’étranger et de leurs familles
 Membre de la Commission de Surveillance de la Maison d’arrêt de Seine Saint Denis et du Centre de semi liberté de Gagny

________________

 Auditeur de la° session annuelle de l’Institut des Hautes Etudes de la Sécurité Intérieure ( IHESI, actuellement INHES) 1993, Ministère de l’Intérieur
 Auditeur et de la 60° et dernière session annuelle du Centre des Hautes Etudes sur l’Afrique et l’Asie Modernes ( 1999-2000 CHEAM)

A l’Etranger :

 Intervention au titre de la Société Civile et participation au Congrès international des Aumôniers de prison du Vatican en 1990
 Participation au congrès organisé à Moscou en 1992 ( deux semaines en novembre ) pour aider à la réforme su système pénal en Russie
 Participation à d’autres congrès sur la réforme pénale, Amsterdam 1998, Londres 1999 …

En France :

-  Organisation de nombreux colloques et conférences : par exemple Colloque de Marly le Roi en 1996, sur le contrôle des conditions de détention en Europe, en partenariat avec le Ministère de la Justice, et en présence de nombreux Ministres de la Justice et directeurs des Administrations Pénitentiaires en Europe

Publié le dimanche 23 juin 2013, par Club de PMC, et mis à jour le 15 octobre 2013.